Rechercher
  • Valerie Petit

Tribune : pourquoi il faut sauver l'ENA partie 2 : 20 Propositions pour réformer l'ENA





I. Une école plus ambitieuse, fer de lance du leadership public


Proposition 1 : donner un nouveau nom à l’ENA pour signifier sa renaissance

Rebaptiser l’ENA « Ecole Charles de Gaulle » pour lui donner un nom connu de tous, au-delà des frontières, et qui signifie la singularité en même temps que l’ambition de l’école


Proposition 2 : affirmer une vocation élargie de l’école

I. Attirer, former et éclairer les leaders publics

II. Soutenir l’innovation publique


Proposition 3 : former au leadership public

Renforcement des enseignements en lien avec les savoirs être et surtout l’exercice des responsabilités managériales et le développement d’un véritable leadership de transformation

Alignement du contenu des enseignements sur un référentiel du leader public que devra établir la DGAFP et qui constituera une véritable doctrine pour l’exercice du leadership dans la haute fonction publique


Proposition 4 : faire de l’école un grand établissement

Donner à l’école un statut de grand établissement sur le modèle du CNAM, pour permettre l’ouverture, l’innovation et l’autonomie dont a besoin l’école pour se réinventer


Proposition 5 : inscrire la réforme de l’école dans une stratégie RH de l’Etat (enfin) ambitieuse

Définition par la DGAFP d’un référentiel du leadership public dont découleront les contenus des formations et les modalités d’évaluation des hauts fonctionnaires et des managers publics

Affirmation d’une stratégie et d’une politique interministérielle unifiée d’attraction, de formation et de rétention des talents publics


Proposition 6 : se donner des objectifs de croissance ambitieux

Passer de 40 à 400 élèves à 5 ans, et de 10 000 a 40000 auditeurs/apprenants : il s’agit d’atteindre une taille critique sur le « marché » des grandes écoles/institutions de formation internationales. Cette croissance passe par le regroupement des concours et des écoles de service public.

Poser la question de la rémunération des élèves.


Proposition 7 : développer le portefeuille de programmes de formation continue

Création d’un MBA en leadership public européen bilingue à destination des publics non francophones Européens

En étroite collaboration avec la DGAFP et le CNFPT, développement d’un portefeuille de programme de formation courts sur site, en partenariat avec les universités

Il s’agit également d’augmenter le chiffre d’affaires de l’école afin de soutenir la transformation par le développement notamment des programmes de formation courts et largement ouverts (dits open enrolment)


Proposition 8 : poursuivre l’internationalisation

Création de 2 formations diplômantes internationales un MBA un PhD

Internationalisation de la gouvernance (Advisory) et du corps professoral (Visitings, PhD Students)



II. Une école plus démocratique, ancrée dans les territoires



Proposition 1 : un concours unique

Retour à l’application stricte du principe d’égalité, pour mettre fin à une formation à deux vitesses. Un concours unique avec un tronc commun d’épreuves et des modules selon les parcours

Renforcer l’intégration et la validation des acquis issus de la formation et de l’expérience


Proposition 2 : un choc de diversité pour bâtir une école de tous les talents

Suppression de l’épreuve de culture générale et aménagement de l’épreuve orale pour que celui-ci soit le moins discriminatoire possible (pas de jury versus candidat, mais plutôt une série de mises en situation, individuelle et collective, évaluées par un jury, tournant, de minimum 3 personnes)

Fixation d’objectifs de diversité et d’infusion en matière d’origine sociale, géographique, de genre et de handicap au conseil d’administration de l’école. Celui-ci devra rendre compte annuellement de sa stratégie et de ses résultats en matière de diversité

Mise en place de partenariats institutionnels avec les collèges, les lycées et les universités et de tutorats avec les anciens élèves pour identifier au plus tôt les futurs talents publics. (Inspirée des cordées de la réussite)

Fermeture de la Classe préparatoire égalité des chances qui n’a pas fait ses preuves. Remplacée par deux nouveaux dispositifs (collèges/lycées) et dans les universités


Proposition 3 : supprimer le classement et accélérer la structuration d’un marché de l’emploi public transparent, équitable et orienté « emploi et compétences »

Tendre vers un concours unique sur le modèle anglais

Mobiliser les techniques affinitaires et l’accompagnement carrière pour proposer un véritable processus d’orientation et de choix à la sortie de l’école


Proposition 4: territorialiser l’école

Transformer les CPI en parcours diplômant de bac +3, intégrés à l’université et visant la préparation du concours.


Proposition 5 : Proposer un recrutement à Bac+3 et Bac+5

• Création d’un recrutement à Bac +3 dans les grands campus

• Création d’un vrai diplôme de bac +5 de master en administration et leadership public


Proposition 6 : donner plus d’autonomie et d’expertise à la gouvernance de l’école

Doter l’école d’un conseil d’administration plus ouvert, plus représentatif et plus autonome en intégrant notamment des représentants du corps professoral de l’école, de la DITP, et d’institutions académiques partenaires



III. Une école plus innovante



Proposition 1 : création d’un « conseil d’orientation » (Advisory board)

Conseil regroupant des scientifiques, des acteurs internationaux, des représentant d’autres institutions, d’entreprises et d’ONG reconnus pour leur engagement en faveur de l’innovation publique et la formation des leaders. Son rôle : conseiller et éclairer les grandes décisions stratégiques de l’école et mobiliser son influence au service du développement et du rayonnement de l’Ecole


Proposition 2 : Développer la recherche appliquée en créant une école doctorale et un PhD dédiée a la transformation publique


• Création d’une école doctorale pluridisciplinaire autour de programmes de recherche pertinent pour la pratique de l’action publique

• Création d’un doctorat, avec rattachement UMR CNRS

• Rattachement de l’école au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

• Création d’un programme de PhD à destination des étudiants étrangers

• Création de postes de « professeurs visitants » intégrés au corps professoral


Proposition 3_ : créer et animer un corps professoral d’excellence intégrant les professeurs visitants et les vacataires « lourds »


50 vues0 commentaire
 

©2021 par Vive La Politique Libre. Créé avec Wix.com